Présidence de la République


                                       Cher Monsieur,


                 Vous avez eu l’amabilité de m’adresser un exemplaire de votre ouvrage.


       Particulièrement sensible à votre envoi, je tiens à vous en remercier vivement.


       Merci pour cette oeuvre et les valeurs qu’elle porte auxquelles nous sommes tant attachés.


                                                                                              Emmanuel  MACRON

                                    -------------------------------------------------------------------

logo_rf.gif

Audrey AZOULAY

Directrice générale de l’UNESCO

Audrey-Azoulay.jpg
UNESCO-logo-126x100.png

La directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, m’a chargé de vous remercier chaleureusement de lui avoir transmis l’ouvrage Le Pain des Compagnons. Histoire des Compagnons boulangers et pâtissiers de leur naissance sous le Premier Empire à nos jours.

En retranscrivant dans toute sa variété ce qui est à la fois une histoire des gestes, des transmissions et des métiers, cette belle publication vient à point nommé pour célébrer les dix ans de l’inscription du Compagnonnage au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’assurance de ma haute considération.

                                                                                                                   Flavio Bonetti

                                                                                                                  Chef de Cabinet

                      -----------------------------------------------------------------------------

df5b7ea434729753-72b1f.jpg

Grande Chancellerie de l'ordre de la  Légion d'Honneur

Prix du Livre « Histoire » des Meilleurs Ouvriers de France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Organisée par la Société nationale des Meilleurs Ouvriers de France, la cérémonie de remise des prix du livre des Meilleurs Ouvriers de France promotion 2020, s’est tenue le 22 juin au musée de la Légion d’honneur, en présence de deux invités d’honneur, le Général Benoît PUGA, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur et d’Erik ORSENNA de l’Académie Française.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc FOUCHER, Nantais le Désir de Bien Faire, Compagnon Cuisinier des Devoirs Unis, MOF et trésorier général de la Société Nationale des MOF ; Pierre PEYRE, MOF imprimeur - à l’origine des prix du livre- président des MOF du Tarn et Jean-François GIRARDIN, président national de la société des MOF, Pain des Compagnons en main!

 

 

 

 

 

 

 

Laurent BONNEAU, Normand la Fidélité, Compagnon boulanger Resté Fidèle au Devoir, lisant les mots de remerciement envoyés de Russie, entouré de Jean-Marc SERRA, Montpellier Cœur Fidèle, Compagnon pâtissier du Devoir et Jöel DEFIVES, Flamand la Clef des Cœurs, Compagnon boulanger des Devoirs Unis et MOF

 

           Monsieur le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur, mesdames, messieurs, chers amis Meilleurs Ouvriers de France.

            C’est avec une profonde émotion que j’écris ces lignes, ces mots qui vous sont destinés, ayant conscience qu’à la date du 22 juin, les déplacements entre la Russie et la France seront toujours très difficiles, et que je ne serai pas à vos côtés.

           Je tiens à vous présenter une brève rétrospective des moments importants qui ont jalonné le Pain des Compagnons, depuis son premier contact avec la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France jusqu’à cette remise de prix.

           Je suis loin de penser au prix du livre lorsque j’écris au Président Girardin pour l’informer de mon désir d’offrir un exemplaire de mon travail à votre société, guidé simplement par la volonté de partager et d’enrichir vos archives.

          A réception de l’ouvrage, le président Girardin m’informe rapidement qu’il souhaiterait mon accord pour présenter l’œuvre à votre comité de lecture, la préface de Gabriel Paillasson attestant sans détour de sa qualité.

           Je vous le dis franchement, je n’y croyais pas trop, mais bon… qui ne tente rien n’a rien... et qui ose, gagne ! Ma réponse est donc affirmative.

          Puis, le temps passe... emportant avec lui progressivement l’espoir naissant.

          Quelle surprise lorsque le 25 décembre au matin - le président Girardin s’étant transformé pour l’occasion en Père-Noël - je découvre un courrier de sa plume m’informant que le Pain des Compagnons avait reçu le prix « Histoire » de votre société !

          Croyez-moi, c’était la joie dans notre foyer, car l’œuvre n’aurait pas vu le jour si mon épouse et ma fille Anaïs ne s’étaient associées moralement à moi pour la porter à sa finalité.

               Cher Amis Meilleurs Ouvriers de France, par ce prix vous honorez tous les compagnons qui depuis le Premier Empire, dans l’ombre, dans la joie, mais aussi dans la souffrance, ont chaque jour, inlassablement, apporté l’eau, la farine, le levain et le sel au pétrin de l’histoire de nos métiers.

              Par ce prix non seulement vous honorez l’oeuvre d’une vie - celle d’un compagnon qui n’était en aucun cas destiné à l’histoire et à la littérature, tant au lycée sa moyenne en français était mauvaise - mais également trois vertus qui vous sont chères et qui furent mes compagnes de route pour porter à terme ce  travail de 20 années : la patience,  la persévérance et le courage, cela sans négliger l’amour de son prochain, le seul qui permet à l’homme de se dépasser afin d’offrir ce qu’il aurait aimé recevoir lui-même.

              Par ce prix vous honorez l’ensemble des compagnonnages des métiers de bouche ayant, depuis la création du concours, donné naissance avec fierté à de nombreux Meilleurs Ouvriers de France.

             Je dis bien l’ensemble des compagnonnages, car l’œuvre a également engendré de façon inattendue dans les rangs de tous nos compagnonnages, un enthousiasme fraternel de grande ampleur, faisant oublier certaines de nos rivalités plus ou moins avouées, et glorifiant ainsi l’enrichissement par le respect des différences de chacun.

              C’est la raison pour laquelle, tels trois mousquetaires ou bien encore les trois fondateurs légendaires du Compagnonnage, Salomon, Jacques et Soubise, trois compagnons de chacune de nos sociétés composant le paysage compagnonnique contemporain, sont devant vous et ont accepté généreusement de me représenter aujourd’hui afin de recevoir vos lauriers.

    Je les en remercie.

    Chers amis, chers Meilleurs Ouvriers de France, MERCI !

    Que vivent les Meilleurs Ouvriers de France !

    Que vivent nos compagnonnages !

    Que vive la boulangerie-pâtisserie française autour du globe !

 

                                                              Laurent Bourcier, Picard la Fidélité

                           Moscou, le 16 mai 2021, jour de la Saint-Honoré et de la Fête du Pain

 

 

   

 

Allocution du Général Benoît PUGA, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur,

Président d'Honneur de la Société Nationale des Meilleurs Ouvriers de France, destinée à l’ensemble des lauréats et des invités

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Le Général Benoît PUGA, recevant en fin de cérémonie l'ouvrage des mains de Jean-Marc SERRA, Montpellier Cœur Fidèle, Compagnon pâtissier du Devoir ; Jöel DEFIVES, Flamand la Clef des Cœurs, Compagnon boulanger des Devoirs Unis, et Laurent BONNEAU, Normand la Fidélité, Compagnon boulanger Resté Fidèle au Devoir 

   Le 22 juin 2021

                              Merci infiniment cher monsieur, cher compagnon, pour ce magnifique ouvrage “Le Pain des Compagnons”, qui m’a été remis de votre part par vos camarades au Palais de la Légion d’honneur lors de la remise des trophées des MOF.  J’ai été très sensible et votre geste nous a tous beaucoup touché.

                    Félicitation pour ce travail de mémoire à la gloire de l’excellence française, dont notre jeunesse a tant besoin.

               Avec l’expression de mon plus cordial souvenir. 

                                                                                    Benoît PUGA

---------------------------------------------------------------

aaaaaaaa.jpg
sssssssssss.jpg
204122304_549413022889902_23397410902630
204018658_1104739743369410_3307060577698
fffffff.jpg

 Pierre LEVY

Ambassadeur de France en Russie

 20 avril 2021

(publication Le Journal des Chiens Blancs)

            N’enfreingnant pas à la réputation de diplomatie gourmande des officiers

de bouche du XIXe siècle, c’est dans les pas d’Antoine-Marie Carême et avec générosité que Christophe Dié - Chef des cuisines de l’Ambassade de France en Russie - organisa le 20 avril une rencontre entre l’Ambassadeur de France en Russie, Pierre Lévy et notre Pays Laurent Bourcier, Picard la Fidélité.

              Le but de cette rencontre informelle étant la remise en main propre à l’Ambassadeur du Pain des Compagnons par son auteur.

 

 

           C’est dans le Grand Salon de la Résidence de France que Pierre Lévy - accompagné de Christophe Dié - fit l’honneur de recevoir notre Pays Bourcier et s’est vu remettre « L’Oeuvre d’une vie » dédicacée.

 

             Après avoir découvert l’ouvrage et écouter avec grand intéret une succincte présentation du Compagnonnage, Pierre Lévy - de manière très décontractée fortement agréable - aborda de nombreux sujets liés à la gastronomie française,  entre autres, sa perception et son développement en Russie, puis sujet d’intéret commun, l’Institut Vavilov de Saint-Peterburg,  la plus ancienne et plus riche banque de semences anciennes au monde.

            Pierre Lévy en cloture de cette rencontre exprima son souhait de voir se fédérer les chefs français et chef russes en cuisine et pâtisserie française et assura de son soutien déterminé si un tel projet pouvait devenir réalité...

Photograhies  ©  service communication, Ambassade de France Moscou.  

-----------------------------------------

aaaaa.jpg
bbbbbbbbbbb.jpg
Gilles-Pudlowski-Chèvre-dOr-e14994381313

 Gilles PUDLOWSKI

Journaliste, écrivain, critique littéraire et chroniqueur gastronomique

 

      L’oeuvre d’une vie!

                        Voilà quatre forts volumes qui content "l’histoire des compagnons boulangers du Tour de France du Premier Empire à  nos jours par l’un des leurs" .

           Boulanger, pâtissier et compagnon, Laurent Bourcier, alias Picard la Fidélité, a accumulé archives, histoires et anecdotes, compulsé les journaux d’époque, racontant, sur plus de 2000 pages, une histoire qui n’en finit pas.

 

           L’apprentissage laborieux, le voyage patient, le façonnage obstiné, l’intégration fervente, mais aussi les  jugements entre compagnons, les rites (sachez ainsi que « la mère » désigne l’auberge des compagnons, leur lieu de réunion, et peut nommer aussi l’aubergiste qui les traite, son époux sera alors « le père ») : voilà, entre mille autres choses, ce qui se raconte ici même.

               Un livre, une somme, une encyclopédie, une référence : voilà bien ce qui constitue la bible de formation du boulanger ancien et moderne à la fois.

                        -------------------------------------------------------------

157403816_957481518124744_76024765173508

L'Ardoise et le Pain

 

Grâce à ton Pain (et pâtisserie) Pays

Le couvreur peut te mettre à l’abris,

Son corps et son esprit

Tu as nourrri par ton travail à point d’heure,

Et ensuite tu peux profiter de ta demeure.

Chacun a son labeur.

Toi, transformant l’or jaune de notre terre,

Lui, ajustant les matériaux de notre mère,

Sans solidarité et complémentarité

Nous serions sans raison d’êtres, avérées.

Exemple de métiers qui riment avec solidarité.

Merci Picard La Fidélité pour ton ouvrage séculaire

Qui, sans doute raisonnera encore dans un millénaire.

 

« En souvenir des ballons blancs,

Les ballons blancs de notre quartier

De la place Saint-Gervais où régnait, travail, Devoir et gaieté ».

 

Ardennais Cœur Fidèle, LSDC.

Compagnon Passant Couvreur du Devoir, Bon Drille sur le Tour de France

                 -------------------------------------------------------------------------

Bernard Brangé portrait.jpg

Bernard BRANGÉ

Guide « Histoire de Paris »

Responsable des guides « Accueil-Jeunes » à la Cathédrale Notre-Dame de Paris.

      Ce magnifique ouvrage nous entraine dans un voyage compagnonnique et historique de plus de deux siècles.  Ce travail titanesque est tout à l’honneur des hommes et chacun d’entre eux représente un maillon indispensable à cette longue chaîne de tradition et de transmission.

    Nul doute que d’autres maillons poursuivront dans le respect de leur métier et des qualités indispensables au bon exercice de ce métier qu’est celui du pain.

       Si le pain de la vie est un élément vital, il possède également une dimension spirituelle. Il représente aux yeux de tous un des symboles qui honorent la France et ses hommes de métier qui pratiquent au quotidien l’alchimie des éléments.

     A l’heure où notre pays est engagé dans une réflexion sur les bienfaits de l’apprentissage, ce livre est destiné aussi bien aux parents qui aident à la décision qu’aux jeunes qui cherchent leur voie.

     Dans « Le Pain des compagnons » Laurent Bourcier, au travers de ses récits, nous entraîne à la découverte des valeurs que sont la recherche de l’excellence, l’utilisation du métier comme vecteur de transmission, le respect de l’autre et le partage, ainsi que la culture des vertus qui permettent l’élévation spirituelle … autant d’éléments qui formeront le levain de demain.

                            --------------------------------------------------------------------

Anne-Marie DECONINCK

Arrière-petite-fille de Chalonnais l’Enfant du Devoir, fils de Bourguignon l’Ami des Frères, 

Compagnons boulangers du Devoir

           

 

           Laurent Bourcier dans Le Pain des Compagnons retrace pour nous avec brio deux siècles - et plus - de l’histoire des compagnons à partir de son expérience personnelle et de la multiplicité de documents qu’il a accumulés durant de longues années. Et ce savoir encyclopédique il le partage généreusement.

          J’ai pu ainsi obtenir de précieux renseignements sur mon arrière-grand-père Louis Bugaud, Chalonnais l’Enfant du Devoir et son père, Louis, Bourguignon l’Ami des Frères, tous deux compagnons boulangers.

          Ce magnifique ouvrage me permet d’imaginer leur vie de compagnon,  leur formation, leur Tour de France et plus largement de découvrir l’histoire du compagnonnage, de ces hommes laborieux mais unis par les mêmes valeurs de fraternité et de solidarité.

       De bons moments en perspective à lire et à relire Le Pain des Compagnons !

      Que mes ancêtres compagnons y figurent est pour eux un honneur et une émouvante reconnaissance.

      Un grand Merci !

                           ----------------------------------------------------------------------------

Bugaud 2.jpg
Без названия.jfif

Nicole DELAUNAY-MORIN

Auteur de l’ouvrage auto-biographique "L’envie de transmettre" 

Chevalier de l’Ordre Nationale du Mérite et de la Légion d’Honneur

        Quel bel hommage pour le beau Métier qu'est celui de boulanger !

        Cette recherche constante de son passé, ce regard vers l'avenir est un travail colossale. Belle récompense que "NOTRE PICARD LA FIDELITE" apporte à notre METIER que j'ai pratiqué ( je n'étais que la femme du boulanger) pendant 25 années avec amour et respect pour la mise en valeur de ce produit noble qu'est LE PAIN.

        C'est un très bel ouvrage qu'il faut absolument transmettre aux jeunes qui sont complètement perdus et leur transmettre ces valeurs du travail bien fait avec amour et apprendre un métier est une grande richesse (c'est le message que je donne à tous les jeunes que je cotoie et ils m'écoutent avec intérêt).

       Il faut absolument que ma génération qui est sur le départ leur laisse ces richesses qui les feront espérer en leur avenir tellement incertain aujourd'hui et je comprends leur désarroi.

      Merci Ami LAURENT pour ce travail gigantesque. Vous méritez de belles récompenses et de reconnaissances des Professionnels et des connaisseurs. Mes deux Fils sont nés avec le métier ...puisque leur Papa était boulanger ...c'est la plus belle récompense de notre vie car nous avons donné l'image de parents heureux de travailler avec bonheur.

 

       En cette fin d'année, je vous souhaite que 2021 soit une année, pour Vous et votre famille , de bonheur et de sérénité.

     Je fais aussi le voeu de vous recevoir dans ma belle Touraine, celle que j'aime et dont je suis si fière.

      Avec mon Amitié reconnaissante ...

      Soyeux heureux à la hauteur de ce que vous donnez.

      Votre Aura est une chance pour ceux qui vous rencontrent...

      MERCI

                            --------------------------------------------------------------------------

remi boyer portrait.jpg

 Rémi BOYER

 Historien-auteur

Membre de la Société des Gens de Lettres

 

 

       Le pain tient une place essentielle dans la culture française. Le pain à la française, en ses multiples déclinaisons, est une référence mondiale et un marqueur de l’art culinaire français.

     L’histoire, si peu ordinaire, des compagnons boulangers que nous livre Laurent Bourcier est une contribution exceptionnelle au patrimoine français.

     Véritable bible sur l’histoire des compagnons boulangers et pâtissiers, comme le dit Laurent Bastard dans sa préface, les quatre volumes, réunis en coffret, fruits de plus de vingt ans de travail, seront non seulement une référence pour les compagnons boulangers et pâtissiers, mais pour les compagnons en général et au-delà, car ce travail impressionnant est un exemple rare de recherche historique véritablement aboutie. Deux mille pages, une iconographie riche et pertinente de sept-cent cinquante illustrations noir & blanc, témoignent non seulement de l’histoire agitée de la boulangerie depuis deux siècles mais de notre histoire.

     La naissance des compagnons boulangers demeure énigmatique, entre réalités et fictions. Laurent Bourcier remonte au XVIème siècle afin de démontrer comment la fondation des compagnons boulangers s’inscrit déjà dans une histoire complexe et bénéficie d’un héritage traditionnel du métier. La date de naissance supposée des compagnons boulangers est 1811.

               Plusieurs dates, plusieurs versions sont avancées. Dans l’une d’elle, la fondation s’organiserait autour d’une transmission mystérieuse par des compagnons doleurs et plus particulièrement de Michel Corbineau dit Nivernais Frappe d’abord. Mais d’autres versions proposent d’autres noms pour initier le processus. Des légendes se sont formées et Laurent Bourcier cherche à reconstituer au mieux l’histoire et présente des hypothèses, les plus plausibles possibles. A partir de ce commencement qui garde ses secrets, Laurent Bourcier nous instruit d’une histoire singulière au sein du compagnonnage, non seulement celle d’une institution qui dût convaincre et s’imposer face aux réticences ou résistances d’autres corps compagnonniques mais aussi celle d’hommes et de femmes qui contribuèrent à l’édifice.

      Les quatre volumes présentent une grande rigueur. Chaque sujet abordé est étayé par des documents. Les incertitudes sont cernées analysées et converties en hypothèses constructives. Laurent Bourcier explore jusque dans les détails tout ce qui caractérise les compagnons boulangers, rites, règles, symboles, blasons, itinérances, noms, lieux, relations, formations… Il réussit à faire saisir au lecteur l’évolution des rites sans en dévoiler les mystères. Il nous fait vivre le quotidien difficile et engagé des compagnons et des Mères à travers le temps, par des témoignages multiples ou des anecdotes. Il met en perspective les mouvements de l’histoire, scissions, évolutions techniques, reconnaissances, enjeux politiques, grèves, alliances… et les difficultés à traverser les grandes crises, révolutions ou guerres. Les compagnons ne sont pas apolitiques, ils se veulent souvent acteurs de leur époque et sont aussi parfois balayés par des forces qui les dépassent.

        Laurent Bourcier rappelle que le compagnonnage et la franc-maçonnerie n’ont aucun lien originel même si, étant deux institutions initiatiques, elles connaissent des croisements culturels et des influences mutuelles. Malgré les travaux de recherches, l’illusion d’une origine commune persiste. Ce caractère initiatique, au plus proche du réel, apparaît tout au long de l’ouvrage, non seulement dans les symboles et les rites mais dans le rapport même entretenu avec la matière qui se transforme en pain, le pain qui est la vie, et qui fait de la boulangerie, comme de la pâtisserie, un art véritable. Il existe une poésie de la matière. D’ailleurs, Laurent Bourcier évoque longuement les bardes et poètes des compagnons boulangers du Devoir. Comme pour d’autres corps compagnonniques, les chants et les poèmes rendent comptent des difficultés et des joies du métier, mais sans doute plus encore de la fraternité et du partage.

 

      Laurent Bourcier se situe dans un processus de recherche historique. Il rend hommage à ceux qui l’ont précédé depuis Libourne le Décidé en 1859 et appelle de futurs compagnons à poursuivre et approfondir son travail. Il reste que celui-ci apparaît bien comme incontournable à la fois par la somme d’informations et de documents qu’il rassemble mais aussi par l’écriture de l’auteur qui sait rendre vivant et intime l’un de plus beaux métiers qui soient. Cette œuvre considérable et passionnante pourrait aussi servir d’exemples à d’autres corps compagnonniques afin de préserver et rendre visible des matières inestimables.

                         ----------------------------------------------------------------------------

C. Badaire René dit Montauban la Ferme V

Montauban

la Ferme Volonté

 

Patrice MARTINAUD

 Arrière-petit-fils de René BADAIRE, Montauban la Ferme Volonté

Compagnon boulanger du Devoir de l'Union Compagnonnique

 

                    Cher Ami Picard La Fidélité, Cher Laurent,

    Je viens d’accueillir votre ouvrage encyclopédique ce matin et ce fut déjà un bonheur de pouvoir le feuilleter et y découvrir au détour de ce cheminement des mots, des photos de mon arrière grand-père. J’imagine au combien, il aurait été fier de l’ouvrage et d’y figurer aussi. Non par orgueil, mais par honneur d’être de ce chemin, de ce métier, de cette fraternité.


      Compagnons sont ceux qui partagent le pain, vous êtes de ceux qui le font et le partage.
J’admire le travail qu’il vous a fallu accomplir pour rassembler, ordonner et lier tous ces documents que vous avez collecté et puis chose dont je ne doute pas et que j’apprécierai lors de la lecture, c’est le récit que vous avez dû écrire pour témoigner de cette épopée.


      Je dois vous avouer combien, j’ai été très touché et ému de recevoir ce présent.  Touché parce que grâce à vous et à votre travail, je renoue avec mes origines familiales en en découvrant des aspects qui ne m’avaient jamais été transmis -alors que la transmission est une des valeurs incontournable de la construction des hommes - Emu parce que depuis toujours, je suis attaché aux racines et que votre ouvrage leurs donne un bel éclairage.[...] Vous remercier encore et encore et de la dédicace également.


      Je me permets de vous envoyer mes plus chaleureuses et fraternelles marques d’amitié et de fraternité.

 

              -------------------------------------------------------------------------------

Huiogeh.jpg

 

Frédéric THIBAULT, Provençal La Quête du Savoir

Compagnon tailleur de pierre des Devoirs Unis

       Si la vie enseigne, le livre précise… Il y a des classiques en littérature que le compagnon se doit d’avoir lu pour la bonne compréhension de l’histoire du compagnonnage, de ses légendes et de ses usages.

        Agricol Perdiguier, Martin Saint-Léon, Emile Coornaert ou encore Marcel Bris par exemple, restent aujourd’hui encore des auteurs qui ont permis de poser les prémices d’une historiographie du fait compagnonnique. Plus proche de notre période contemporaine, quelques historiens et anthropologues se sont également penchés sur le compagnonnage en y apportant une démarche universitaire parfois déconcertante dans la remise en cause de certaines croyances chez les compagnons des différents Devoirs.
      Qu’un ouvrier, par ailleurs compagnon, troque ses outils pour prendre la plume, pour écrire  la grande histoire de sa corporation au sein du compagnonnage et, au-delà, éclairer le lecteur sur certains usages et traditions compagnonniques, s’inscrit dans la grande tradition de cette « parole ouvrière ». Mais bien plus encore, la démarche historique, le travail d’analyse et de divulgation d’un nombre incroyable de documents inédits présentés par Picard la Fidélité, positionnent de fait Le Pain des compagnons comme l’un des ouvrages de référence de l’histoire du compagnonnage depuis la première publication du Livre du Compagnonnage de notre frère Agricol Perdiguier.
        Alors que les différents mouvements compagnonniques sont confrontés depuis vingt ans à de nouveaux enjeux économiques et sociétaux susceptibles de remettre en cause leurs fondamentaux, il est nécessaire qu’ils puissent se ressourcer dans leur(s) passé(s) pour y puiser des réponses qui leurs permettront d’éclairer leur avenir.

     Le Pain des compagnons est là pour nous le rappeler et Picard la Fidélité, au travers de son second chef d’œuvre, offre aux compagnons, et au grand public, un travail à l’image de sa vie faite de partage, de fraternité et d’amour pour son Devoir, le compagnonnage et l’Humanité.  
       Et, malgré une impatience légitime, s’il nous faudra encore un peu de temps avant de pouvoir refermer la dernière page du quatrième volume et pouvoir affirmer avoir lu Le Pain des compagnons dans son intégralité, prenons cela comme une mise à l’épreuve et le temps nécessaire à la fermentation du bon pain que les compagnons pourront ensuite partager en fraternité.

                    -------------------------------------------------------------------------------------
 

Joël HUYGHE

Professeur en boulangerie pâtisserie à l'école hôtelière Quercy Périgord de Souillac

 

 

       Je suis heureux d'avoir reçu votre œuvre c’est un honneur de pouvoir compléter sans cesse nos connaissances grâce à de nobles et respectueux collègues.

Je n'ose imaginer la somme de travail nécessaire à réunir toutes ces informations.

Respectueusement.

Joël Huyghe

                  ----------------------------------------------------------------------------

Eudes-Olivier LEYNAUD, Ile-de-France le Bien Estimé

Vice-président nationale des Compagnons boulangers et pâtissiers Restés Fidèles Au Devoir

                          

Depuis l'ouvrage de Georges Papineau, Blois l'Ami du Travail, publié en 1978, intitulé Les Compagnons Boulangers & Pâtissiers présentent l’histoire compagnonnique de leur corps d’état, aucun érudit de la boulange ou de la pâte à choux ne s'est essayé à faire redécouvrir l'histoire des Chiens Blancs au travers  de nouveaux documents, textes, photos et autres témoignages.

          Au profit de cet ouvrage ce sera chose faite. Son auteur n'est autre que notre compagnon pâtissier, Laurent Bourcier, Picard La Fidélité.

      Illustre représentant de notre compagnonnage contemporain, cultivant les liens noués au fil des ans, il est reconnu comme fraternel envers l’ensemble des compagnons, sans distinction de rites ou de sociétés. Après avoir parcouru la France, des années à conquérir le monde, notre Picard exercera avec zèle au Japon puis reviendra ravir le pays Basque avant de séduire la Russie.

     Reconnu, décoré, honoré par ses pairs, Laurent Bourcier est au sommet de son art. Amoureux de la transmission, il crée le C.R.E.B.E.S.C. avec quelques autres passionnés de l'histoire de la boulangerie et de ses Compagnonnages. En fait, il rongeait son frein en attendant la publication de ce livre.

      J'ai souvent souri  en pensant qu'il devrait mettre le mot FIN à une histoire qui n'en aura jamais.

     Je souhaite que tout lecteur sache faire bon usage de cet ouvrage en sachant situer faits et anecdotes dans leur contexte historique et social.

Que notre jeunesse s'imprègne de notre passé pour mieux comprendre le présent et s'armer pour l'avenir et souhaitons que nous saurons être fidèles aux valeurs de nos anciens et qu’à l’avenir, nous, compagnons boulangers et pâtissiers, formerons une grande chaîne d'alliance unissant tous les cœurs.

                                                      Merci à Picard la Fidélité

                           --------------------------------------------------------------------

Laurent BONNEAU, Normand la Fidélité

Président nationale des Compagnons boulangers et pâtissiers Restés Fidèles Au Devoir

C’est avec les années que l’on s’intéresse à l’histoire, pour Laurent Bourcier, non, il a toujours eu cette passion, la réalisation d’un ouvrage rassemblant la vie du compagnonnage des boulangers pâtissiers est une suite logique de sa demarche, mais pour ce perfectionniste, il fallait du temps et beaucoup de patience.

A tel point que l’on se demandait si il y parviendrait un jour.

Il a réussi !

Maintenant qu’il est là, quel bonheur !

Nous avons tous arrêté le temps pour le dévorer.

Cet ouvrage est d’une qualité et d’une richesse rare, il nous enchante et intéressera un large public.

Quelle chance ont les jeunes compagnons d’avoir ce livre à leur disposition, pour savoir et pour comprendre, comme nous avions à notre époque le livre du compagnon Georges Papineau, Blois l’Ami du Travail..

Si la force d’un livre n’est plus à démontrer, celui- là contribura sans aucun doute à transmettre la Puissance du Devoir aux Compagnons boulangers et pâtissiers de toutes sociétés.

                      ------------------------------------------------------------------------------

Guy CHATEAU, Blois la Fraternité

chateau_edited.jpg

C’est avec une grande émotion et la joie que je viens de lire les quatre tomes, 200 ans d’histoire de notre profession, de « galère », pour prouver notre identité.

Compagnons boulangers et pâtissiers du Devoir sur le Tour de France Chiens Blancs pour la Vie.

Que de surprises, que de choses méconnues.

1811 Blois Fondation 2011

Ça y est, 2020, ils sont édités.

C’est une bible de références.

Merci à toi Pays Bourcier

Merci à toi « petit frère », que d’abnégations, que d’embuches ;

Je peux partir en paix.

Fraternellement à toi Picard la Fidélité C.P.R.F.A.D.

Blois la Fraternité, C.B.D.D. Ancien de la Cayenne de Blois

58 ans de Lumière Compagnonnique

                           -------------------------------------------------------------------------------

Manoir Alfred NOBEL

      Le Pain des Compagnons présenté par Per-Johan Pelle Agorelius, directeur de  l'exposition internationale de livres culinaires du 3 septembre au 9 novembre 2020 au Manoir-musée d'Alfred NOBEL de Karlskoga en Suède.

 

 

 

 


          Cette exposition célèbre le 25e anniversaire des Gourmand Books Awards et présente les meilleurs ouvrages ayant été primé Best of The World au cours de ces 25 années.


En mon nom et en celui des Compagnons boulangers et pâtissiers du Tour de France, MERCI Édouard Cointreau, président-fondateur des Gourmand Books Awards,  et 

Per-Johan Pelle Agorelius!

                        --------------------------------------------------------------------

Loïc BIENASSIS

 Historien

 Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation

Université de Tours

      Comment ne pas être impressionné par la somme rédigée par Laurent Bourcier ?

       Impressionné d’abord par l’ampleur du travail réalisé, il ne peut que susciter l’admiration.  La chose est d’autant plus méritoire quand on sait à quel point les activités professionnelles de Picard la Fidélité peuvent être accaparantes. Oserais-je dire qu’il sait être au four et au moulin ?   La rigueur qui irrigue l’ensemble de ces quatre tomes n’est pas moins impressionnante.  Une rigueur qui réclame d’ailleurs elle-même un travail considérable : il est bien plus aisé d’inventer, de laisser s’exprimer son imagination, que de dépouiller avec patience et méticulosité une masse colossale de documents anciens. Un riche et hétéroclite corpus a été mis à contribution. En tant qu’historien je ne peux qu’avoir le plus grand respect pour cet effort et ce sérieux, on mesure sans peine l’exigence qui a guidé en permanence la plume de l’auteur : Laurent Bourcier croise les sources, avoue ses ignorances – ce qui est toujours bon signe –, s’appuie sur les recherches d’universitaires reconnus.

          Ce livre est l’œuvre d’un passionné certes mais Laurent Bourcier a mis un point d’honneur à éviter les pièges qu’implique le plus souvent la passion. Son indéfectible dévouement compagnonnique ne le conduit pas à enjoliver les faits, à s’arranger avec les lacunes de la documentation. Il sait prendre de la distance et faire preuve d’objectivité tout en se positionnant toujours comme un maillon au sein de la longue histoire du compagnonnage. Il sait tirer profit des avantages que lui confère son engagement (accès à des archives originales, vécu « de l’intérieur », expérience du terrain, connaissance intime du métier) sans tomber dans les pièges que celui-ci pourrait entrainer, sans succomber au désir d’écrire une légende dorée.

               A vrai dire, ce travail est une histoire du compagnonnage certes mais c’est également une histoire de la boulangerie, d’une profession, d’un art et d’un produit, le pain, aliment essentiel s’il en est.

                             ----------------------------------------------------------------------

Thierry R. BACHMANN

Auteur du site 

Etudes Maçonniques

104458326_1126732854373020_2564576682640

          En propos liminaire, je remercie Laurent BOURCIER de m'avoir fait parvenir des extraits de son livre Le Pain des compagnons. Je ne me permettrai pas de traiter la partie compagnonnique en elle même, bien que ce mouvement culturel fraternel et professionnel ne me soit pas totalement inconnu. Mais je ne suis pas un spécialiste des plus éclairés du sujet (et je ne le souhaite pas l'être non plus).

 

      D'une manière général, Le Pain des compagnons est un travail qui démontre plusieurs années d’une méticuleuse recherche sourcée et qui se matérialise par des chapitres à la fois richement illustrés, et etayés par de nombreux extraits documentaires issus de fond publics et privés, ou encore de témoignages vivants.

       J'ai pu lire quelques extraits de ce coffret de 2000 pages, enfin, juste 336 pages susceptibles de m'intéresser d'un point de vue particulièrement maçonnique. Ce fut une très belle expérience de lecture, tant il s'agit d'une très belle illustration de la complexité des mouvements culturels fraternels tel que peuvent l'être les organisations maçonniques, compagnonniques, mutualistes, ou de bienfaisance.

        C'est un ouvrage qui fait honneur à la postérité de ces vies d'artisans, entre sociabilité et labeur, entre apprentissage et perfectionnement d'un Métier, et ce Devoir de Transmis-sion aux prochaines générations :

 

  • pour témoigner,

  • pour ne pas oublier,

  • pour inspirer,

  • pour susciter des vocations.

         

           J'ai particulièrement apprécié les tranches de vie de ces hommes, parfois connus, parfois inconnus hors de leurs mouvements d'appartenance, tout au long de deux siècles d'Histoire entre multiple Guerres et Mutations de Société.

         Je ne peut que souhaiter à son auteur de prendre plaisir à voir figurer son travail dans les Bibliothèques publiques et privées.

       Un grand merci pour la publication de ce pan de culture.

                            ------------------------------------------------------------------------------